NOS HÉROS VENDÉENS : Charles d’Autichamp. Ép. 1/2 [BONUS]

Charles Marie de Beaumont d’Autichamp : officier des Guerres de Vendée

Réfugié en Anjou chez son cousin et beau-frère, Charles Melchior Artus de Bonchamps, il devient un des chefs de l’insurrection vendéenne, participe au siège de Nantes en juin 1793, remporte la bataille de Chantonnay le 5 septembre, repousse Louis Marie Turreau aux Ponts-de-Cé le 12 septembre. Après les défaites de Cholet et de Beaupréau, il s’empare du passage de la Loire à Varades et permet aux Vendéens de franchir la Loire et de prendre Ancenis. Après la mort du marquis de Bonchamps, il commande une des colonnes qui tentent en vain de prendre Granville le 14 octobre. Capturé à la bataille du Mans, il parvient à s’enfuir grâce à l’aide de hussards de la division républicaine de Tilly qui lui donnent un uniforme de hussard. Libéré après la pacification de Saint-Florent, il reprend les armes avec Nicolas Stofflet.

    Recevez les missives des éditions catholiques et royales dans vostre boîte aux lettres !



    Chef de l’armée catholique et royale

    À la mort de ce dernier, fusillé, il devient le chef (commandement partagé avec le général Henri Forestier) des débris de l’armée royaliste de l’Anjou et du haut Poitou et, conscient de la faiblesse et de la désorganisation de ses troupes, négocie avec Lazare Hoche en mai 1796, contre l’avis d’une partie de son armée. La paix revenue, il vit quelque temps à Paris puis doit se cacher, car tombant sous le coup de la loi des otages. Quoique favorable à la paix lors des discussions de La Jonchère, il reprend la guerre en 1799 après s’y être pourtant opposé (on soupçonna même ses partisans d’avoir assassiné un officier vendéen partisan de la guerre), échoue devant Cholet et est battu aux Aubiers.

      Recevez les missives des éditions catholiques et royales dans vostre boîte aux lettres !