Louis VIII se fait proclamer roi d’Angleterre

Au cours du XIIIème siècle, des rois comme Philippe Auguste ou encore Saint Louis nous ont laissé des souvenirs glorieux. Entre ces deux souverains, il en eut un qui, à cause de son court règne (seulement trois ans), fut injustement méconnu. Il s’agit du père de Saint Louis, Louis VIII. En 1214, Philippe Auguste aidé de son fils le futur Louis VIII remportait une bataille décisive pour l’avenir du royaume, la bataille de Bouvines. Parmi les belligérants : le roi d’Angleterre Jean sans Terre. Quelques jours avant la bataille, le jeune prince Louis avait déjà pu montrer sa bravoure lorsqu’il anéanti les troupes de Jean sans Terre à La Roche aux Moines. Révoltés, les barons anglais promirent alors la couronne anglaise au prince Louis de France. Brillant chevalier, il obtiendra le surnom de “Louis VIII le lion”, il réussira, presque, une invasion militaire de l’Angleterre. Pourquoi et comment s’est déroulé cette invasion ? c’est ce que nous allons voir. Bon épisode.

A l’issue de la bataille de Bouvines, le roi d’Angleterre Jean sans Terre était affaibli. Les barons anglais, en 1215, lui imposèrent la signature d’un traité plus connu sous le nom de Grande Charte. Les barons voulaient contraindre ce roi un brin tyrannique mais toujours sous la protection du pape Innocent III, à respecter les coutumes et les droits féodaux. Son refus d’appliquer la Grande Charte exaspérait la noblesse et le clergé anglais, en conséquence de quoi, ils allèrent chercher la protection du roi de France. Mais Philippe Auguste, le respecté roi de France, ne voulait pas entrer en lutte contre le pape alors il adopta une position neutre mais, secrètement, favorisa son fils Louis. Sa légitimité au trône anglais était évidente car Blanche de Castille, la femme de Louis, était la petite-fille d’Aliénor d’Aquitaine et d’Henry II Plantagenêt. Un tandem était alors à l’oeuvre. Louis prépara la conquête tandis que Philippe Auguste se chargea des négociations. Le pape Innoncent III, par l’intermédiaire de son légat, tentera de mettre un terme aux manoeuvres françaises. Philippe Auguste déclara à l’envoyé de Rome : « Le royaume d’Angleterre n’a jamais été le patrimoine de Saint Pierre ni ne le sera. Le trône est vacant depuis que le roi Jean a été condamné dans notre Cour comme ayant forfait à la mort d’Arthur ». L’invasion aura bien lieu.

En janvier 1216, vingt navires français accostèrent sur les terres anglaises, Louis, quant à lui, débarqua au printemps. Sans rencontrer de résistance, il arriva à Londres le 2 juin 1216 et fut reçu à l’abbaye de Westminster en véritable libérateur. Évêques, barons, bourgeois, tous les grands du royaume anglais étaient présents pour le proclamer roi d’Angleterre (il ne fut pas couronné car il n’y avait pas d’archevêque disponible pour effectuer l’onction). Mais la providence voulut que Jean sans Terre mourut peu de temps après en octobre 1216. Dans un réflexe légitimiste, les barons décidèrent de rendre hommage au fils de Jean sans Terre, le jeune Henri III Plantagenêt. Louis fut battu à Lincoln en mai 1217 par les soutiens du roi et un traité fut signé le 11 septembre 1217. Il abandonnera ses prétentions anglaises en échange de quoi il recevra 10 000 marcs d’argent. Louis rentra en France et l’espoir de monter sur le trône anglais s’effondra.

Plus tard, en 1223, après avoir été sacré roi de France, il prétexta que les barons n’avaient pas exécutés toutes les conditions du traité de 1217, il s’empara alors des dernières possessions anglaises en France au cours d’une campagne éclair. Le nouveau roi d’Angleterre, Henri III, ne possédait plus que quelques terres en Aquitaine. Ce jeune souverain anglais allait, au cours de son règne, revendiquer énergiquement ses territoires perdues en affrontant le fils de Louis VIII, le futur Saint Louis.

Recevez les missives des éditions catholiques et royales dans vostre boîte aux lettres !