Le château du Louvre : forteresse de Philippe Auguste

En 1190, le roi de France Philippe Auguste s’apprêtait à partir guerroyer en Croisade, ce fut la troisième croisade, celle que l’on surnomma la croisade des rois. Avant son départ, Philippe Auguste voulait protéger sa capitale, Paris, de ses ennemis anglo-normands. Le domaine royal faisait pâle figure face à la puissante Angleterre qui menaçait à tout moment d’envahir Paris. Pendant une si longue absence, le risque était trop grand… il entreprit alors un énorme chantier de fortification autour de Paris qu’il supervisa lui-même. La muraille haute de 9 mètres sur trois mètres de large sur une longueur de trois kilomètres renforcée par des tours rondes tous les soixante mètres garantissait la sécurité de la ville. Pour renforcer les points faibles de cette fortification, à l’ouest, il entama la construction d’un château-fort à la jonction avec la Seine prévenant ainsi toute invasion anglaise, qui ne viendra jamais. En 1189, une bulle pontificale nomma l’emplacement “Louvrea”, le mot Louvre fit son apparition pour la première fois dans une charte de 1198.

L’édifice conçu par les ingénieurs de Philippe Auguste était de forme carré, avec en son centre une imposante tour maîtresse entourée d’un fossé. Haute de 31 mètres, cette tour était le plus haut point de Paris. Symbole par excellence du pouvoir royal, Philippe Auguste y entreposa son trésor royal, ses archives et son arsenal.

Sans invasions anglo-normandes, Philippe Auguste la transforma rapidement en prison. Quelques années plus tard, en 1214, après la victorieuse bataille de Bouvines, Philippe Auguste y enferma un hôte prestigieux, vaincu à Bouvines, Ferrand, infant du Portugal, comte de Flandre et du Hainaut. Il y fit un long séjour, son épouse Jeanne de Flandre ne manifestait pas un désir ardent de payer sa rançon…, après treize ans de détention, il finit par retrouver la liberté.

Peu à peu, la ville se développa autour du château-fort et l’intérêt défensif s’amenuisa. Les rois de France, qui aimaient se déplacer de résidence en résidence, y résideront de plus en plus. Saint Louis y fit aménager une grande salle à piliers dans les sous-sols du château.

Ce château-fort n’était pas, à l’origine, une résidence royale, conçue uniquement pour renforcer les défenses de la ville, il ne deviendra un palais royal qu’au XIVème siècle sous l’impulsion du roi Charles V le Sage. Il entreprit alors de grands travaux. Les tours furent surélevées coiffées de toits coniques, les murs furent percés afin d’y faire entrer la lumière etc Au moment de la Guerre de Cent Ans, les rois abandonnèrent le Louvre et ce pendant plus d’un siècle, à la fin de cette période sombre, il n’y retourneront que ponctuellement, préférant la magnificence des châteaux du Val de Loire.

François 1er de retour de sa captivité lors de la bataille de Pavie, décida de reprendre sa capitale en main et entreprit un gigantesque chantier de rénovation du Louvre. L’intervention de l’architecte Pierre Lescot marqua la fin de l’esthétique médiéval pour laisser la place au style Renaissance ! Le colossale donjon fut détruit en 1527, les fossés furent comblés, les vieux murs abattus, les ailes allongées, le Louvre médiéval fit sa mue et commençait à se dessiner un édifice qui au fil des siècles continuera à se métamorphoser. Louis XIV ordonna de nombreux travaux avant de s’en détourner car Versailles mobilisait toute son attention et tous ses efforts. Puissante muraille et colossale château-fort sous Philippe Auguste, il n’en reste aujourd’hui qu’une pyramide de verre.

Recevez les missives des éditions catholiques et royales dans vostre boîte aux lettres !