Courte HISTOIRE des DÉCHETS en France du MOYEN ÂGE À AUJOURD’HUI

Bonjour, partons à la fin du XIIe siècle, le royaume de France est alors gouverné par le roi Philippe Auguste. Au cours de l’année 1186, résidant au palais de la Cité, le souverain français, incommodé par les odeurs désagréables des charrettes circulant dans des rues crasseuses, décida de convoquer les bourgeois et le prévôt de la ville de Paris. Un aménagement des rues digne de ce nom était nécessaire. Pendant longtemps laissées à l’air libre, les ordures ménagères vont petit à petit être ramassées pour le plus grand confort des Parisiens. Connaissez-vous l’histoire du ramassage des ordures ménagères ? Non je vous explique.

Mais avant de vous raconter cette histoire, notre histoire, je veux vous dire que vous pouvez soutenir mon travail sur l’histoire de France en commandant un livre de ma maison d’édition ou en faisant simplement un don, pour en savoir plus, cliquez sur les liens en description de cette vidéo. Merci.

    Recevez les missives des éditions catholiques et royales dans vostre boîte aux lettres !



    Les déchets au fil de l’Histoire

    Au cours de l’an 1000, l’avènement et le développement des villes en France entraînent une augmentation significative de la population et par conséquent une accumulation de déchets. À la fin du XIIe siècle, le cœur de ville de Paris ne comprenait que quelques quartiers aujourd’hui bien connus comme Saint-Jacques, le quartier de la Grève, celui de la Boucherie ou encore de la Verrerie, le tout entouré de la célèbre enceinte du Louvre construite par Philippe Auguste. L’époque des premiers dallages datant des Romains était révolue, la voirie était désormais dans un piètre état. Philippe Auguste, en roi bâtisseur, soucieux du développement de sa capitale, prit l’initiative de faire paver les principales rues de Paris avec de « fortes et dures pierres », comme le rapporte la chronique de l’abbaye de Saint-Denis et crée des canaux et des fossés centraux pour faciliter le nettoyage de certains quartiers. Avant cette initiative royale, seuls les cochons qui gambadaient librement dans les rues remplissaient le rôle de nettoyeurs en mangeant les ordures ! Le coût exorbitant du chantier fut supporté par les bourgeois de Paris si bien que seules les grandes rues de la capitale en furent dotées et ce pendant longtemps. Un bourgeois fort riche, Girard de Gouet, fit don d’une partie de sa fortune pour développer ce nouveau service municipal et ainsi soulager les finances de la ville de Paris. Les habitants en étaient si satisfaits qu’ils se regroupèrent pour louer des tombereaux d’enlèvement, sorte de charrette, et missionnèrent quelques hommes pour ramasser chaque jour les ordures ménagères des rues concernées. Toutes ces immondices furent transportées dans les champs situés en dehors de la ville. Les coûts de ramassage étaient si élevés que la générosité des Parisiens n’était pas suffisante, une taxe par foyer fut décrétée pour garantir l’entretien des rues. Le pavage était construit en pente douce, en forme de V, de sorte que les eaux usées puissent s’écouler vers le centre de la chaussée, là où les plus pauvres devaient se positionner quand une personne de plus noble condition les croisait, c’est de là que vient l’expression tenir le haut du pavé.

    L’avènement du préfet Poubelle

    Au fil des siècles, la situation des déchets s’améliore progressivement même si sous Henri IV les étrangers surnommèrent Paris : « la capitale de l’ordure et du pissat ». En 1539, le roi de France François Ier, améliora significativement le service de recouvrement des ordures ménagères. Il édicta une ordonnance par laquelle chaque foyer devait utiliser des paniers dans lesquels ils devaient mettre toutes leurs ordures avant le passage des tombereaux, au lieu de les jeter négligemment sur le trottoir. L’ordonnance allait plus loin dans la réglementation puisqu’elle spécifia que les “boueux” origine du mot éboueur, devaient passer entre dix heures et onze heures et entre quinze heure et dix neuf heure pour la saison d’été et à des horaires un peu modifiés pour la saison d’hiver. Plus tard, Colbert fera arroser les rues et rénova le réseau d’égouts de Paris. La mauvaise hygiène des Parisiens, qui entraîna son lot d’épidémies, même sous Louis XIV, demeurait toujours la règle. 

    Il faudra attendre le XIXe siècle, et l’influence certaine du préfet de la Seine Eugène Poubelle pour constater une amélioration de l’hygiène des Parisiens qui, il faut le dire, s’était dégradée à cette époque. Du 24 novembre 1883 au 7 mars 1884, M. Poubelle prit des arrêtés imposant aux propriétaires d’immeubles de fournir à leurs locataires des contenants suffisamment grands et surtout couverts afin qu’ils puissent y mettre tous leurs déchets. 

      Recevez les missives des éditions catholiques et royales dans vostre boîte aux lettres !