Fiche révision : Louis X dit « le Hutin » – roi de France

Louis X dit le Hutin est né en 1289 à Paris. Il est le fils de Philippe IV le Bel et de Jeanne de Navarre. Le règne de Louis X, commencé lors de son sacre à Reims en 1314, fut bref, seulement deux ans au cours desquels, initiée par Enguerrand de Marigny, grand chambellan et conseiller de son père, de nombreuses réformes fiscales et de centralisation furent mises en place aux grand dam de la noblesse. Charles de Valois, son oncle et chef du parti des grands féodaux, le convaincra de livrer ce Enguerrand de Marigny à la vindict. Accusé de sorcellerie, il sera emprisonné au Temple et pendu au gibet de Montfaucon en 1315.

Sur le plan matrimonial, sa femme Marguerite de Bourgogne allait être accusée d’adultère en conséquence de quoi il la répudiera. Ce sera l’affaire de la Tour de Nesle. Marguerite et ses deux belles-soeurs, impliquées elles aussi, seront emprisonnées à vie dans la forteresse de Château-Gaillard à l’intérieur duquel elle mourra en 1315.

En août 1315, Louis X se maria avec Clémence de Hongrie, fille de Charles d’Anjou et de Clémence de Habsbourg. De cette union naîtra Jean Ier dit le posthume, il vivra seulement cinq jours. Louis X, à la mort de sa mère, hérita de la Navarre et du comté de Champagne, il sera le premier roi à avoir le titre de “roi de France et de Navarre”

Pendant son court règne, la monarchie a été ébranlée, le roi avait beaucoup de difficulté à lever l’impôt. La noblesse, opposée à ses réformes fiscales, veut battre monnaie et les provinces, elles, ne veulent plus de taxes. Louis X, pour s’en sortir, plutôt que la force choisi de négocier. Des ligues en 1314, ont présenté pays par pays leurs doléances dans de longs rouleaux, les nobles, ruinés par les prix, n’acceptaient pas que le roi empièta sur leurs pouvoirs locaux. En réponse, au cours de l’année 1315, il établit un grand nombre de chartes provinciales pour répondre aux attentes de la population et il garantit les privilèges des nobles. Ces chartes allaient redonner du pouvoir à l’aristocratie et ainsi affaiblir le pouvoir royal.

Parmi les autres réformes significatives, Louis X abolit l’esclavage dans le royaume de France par une ordonnance du 2 juillet 1315. Il autorisa les serfs à racheter leur liberté ainsi que les juifs à revenir en France le 28 juillet 1315 contrairement à son père Philippe IV qui les avait expulsés en 1306. Cette autorisation s’accompagna de nouvelles règles comme l’obligation de vivre dans des zones où des juifs avaient vécus et l’interdiction de pratiquer l’usure.

Dans la ligné de ses prédécesseurs, il dut trouver une solution militaire au problème du comté de Flandres, cet état immensément riche et autonome tout proche du royaume de France. Son père Philippe IV avait déjà essuyé une lourde défaite contre le comté de Flandres à Courtai en 1302, les troupes françaises, deux ans plus tard, gagneront la bataille à Mons-en-Pévèle. Malgré cette victoire la situation restait encore épineuse sous Louis X.

En 1315, en digne héritier de son père, Louis X mobilisa son armée le long de la frontière flamande mais l’ost royal s’enlisa et le roi dut rebrousser chemin. En guise de représailles, Louis interdit les exportations de denrées et de matériaux vers la Flandre mais dans les faits, cette mesure était bien difficile à faire respecter.

Il mourut en 1316 sans héritier à Vincennes et sera inhumé à la nécropole royale de la basilique Saint-Denis, rejoint par son épouse en 1328.

Recevez les missives des éditions catholiques et royales dans vostre boîte aux lettres !