Fiche révision : Hugues 1er Capet – roi des Francs

Né vers 941 probablement à Dourdan, Hugues Capet fut le fils de Hugues le Grand et de sa femme Hedwige de Saxe. Il épousa Adélaïde d’Aquitaine vers 968 avec qui il aura trois enfants dont le futur roi des francs Robert le Pieux. En cette fin du Xème siècle, le pouvoir des héritiers de Charlemagne est bien faible. Hugues Capet est l’héritier de la puissante famille des Robertiens en compétition pour le pouvoir avec la dynastie des carolingiens et d’autres grands familles aristocratiques.

Par son père, Hugues Capet bénéficia d’une grande puissance à la fois géographique et politique auprès de ses concurrents. Hugues le Grand dominait l’essentiel des places fortes du domaine royal Orléans, Senlis, Auxerre, Sens, puis en tant que duc des francs, il était aussi à la tête d’évêchés et d’abbayes comme celle de Marmoutiers près de Tours ou les reliques de Saint Martin demeurèrent toujours. Le surnom de Capet provenait certainement de cette référence à la cappa (la cape) de Saint Martin. Politiquement, son père a, lors d’un premier mariage, épousé la soeur du roi d’Angleterre et puis quelques années plus tard celle de l’empereur.

Recevez les missives des éditions catholiques et royales dans vostre boîte aux lettres !



Dès 960, Hugues Capet reçut la charge de duc des Francs en échange de la concession de la couronne à Louis IV d’Outremer. Moins expérimenté que son père, il fut mis sous la tutelle de son oncle Brunon de Cologne proche des ottoniens. Pour parvenir au pouvoir, il va devoir se libérer de cette tutelle et écarter les derniers carolingiens. Il pourra compter sur l’appui de l’Église pour y parvenir. L’apparente faiblesse de Hugues Capet permet à ses adversaires de se permettre quelques sursauts d’indépendance et d’initiatives. Dans ces guerres incessantes entre les puissances du temps, ottoniens, carolingiens et robertiens, Hugues Capet devait s’imposer, montrer qu’il était le premier aristocrate du royaume franc.

C’est ce qu’il fit quand il arrêta les troupes de l’empereur du saint empire romain germanique Otton aux portes de Paris. En 987, il restait un prétendant carolingien, Charles de Lorraine, pour monter sur le trône. Mais celui-ci était accusé de tous les maux dont celui s’usurpation de la couronne. Hugues Capet s’imposait alors naturellement comme le meilleur d’entre eux. Sous sa poigne, il avait réussi à mater tous les grands vassaux. Le 1er juillet 987, Hugues Capet fut élu roi des Francs par les grands seigneurs du royaume sous le nom de Hugues 1er deux jours plus tard il sera sacré dans la cathédrale de Noyon par l’évêque de Reims Adalbéron. Il avait 47 ans. Le sacre d’Hugues 1er permit au royaume Franc de s’éloigner petit à petit du désordre carolingien. Les grands vassaux se soumettaient à la règle de l’élection, car grâce à elle, toute querelle pour l’accession au pouvoir était vaine. La première préoccupation du nouveau roi fut de couronner son fils Robert le Pieux et ainsi de perpétuer une dynastie. Hugues Capet souhaita même le faire sacrer mais l’archevêque refusa. A peine Hugues Capet était-il roi des Francs, que son principal opposant Charles de Lorraine réapparu. Les alliances se mettaient en place de part et d’autre et à la suite de longs affrontements, Charles de Lorraine fut capturé, emprisonné et mourut quelques années plus tard à Orléans.

La stabilité du royaume encore toute relative permit tout de même, au cours de l’an mille encore naissant, un développement de l’agriculture et de ses techniques novatrices. L’économie de façon plus générale, grâce notamment à l’introduction du denier d’argent, connut un essor important. La féodalisation de la monnaie était en marche.

Malade à l’été 996, il se rendit au monastère de Souvigny à Prasville près de Chartres où reposait son ami saint Mayeul puis à la suite d’une maladie, peut être la variole, du haut de ses 55 ans, il rendit son âme à Dieu. Il fut aussitôt transporté à Saint Denis où reposaient ses illustres ancêtres. Après sa mort la dynastie capétienne règnera jusqu’à la Révolution française puis de la Restauration à 1848.

Recevez les missives des éditions catholiques et royales dans vostre boîte aux lettres !