Fiche révision : Eudes – comte de Paris & roi des Francs

Eudes naquit vers les années 852. Fils de Robert le Fort et d’Adélaïde de Tours, il fut le premier roi de la dynastie des Robertiens. Lorsque son père mourut en 866, il hérita du titre de marquis de Neustrie, qui peut de temps après, lui fut retiré par le roi Charles II le Chauve en 868 au profit de Hugues l’Abbé. Le voilà désormais à la tête d’un tout petit territoire personnel en Neustrie.  Il épousa Théodérade, petite-fille d’Aléran, le comte de Troyes. Le couple aura un fils Gui ou peut être deux : Raoul et Arnoul… Les sources diffèrent et ne permettent pas d’en être certain.  

Recevez les missives des éditions catholiques et royales dans vostre boîte aux lettres !



En 882, il devint comte de Paris, soutenu par l’évêque Gozlin et le marquis Hugues l’Abbé. En tant que comte, il apporta son aide aux Parisiens lors du siège de Paris par les Vikings à l’hiver 885/886 avec l’appui de 30 à 40 000 hommes. La mort du marquis de Neustrie, Henri de Babenberg, lors du siège Vikings, permit à Eudes, en septembre 886, d’être réinvesti à la fonction de marquis. Charles III le Gros, empereur d’Occident et roi de la francie occidentale, autorisa Eudes de réinvestir de puissants comtés comme ceux de Tours, Blois ou encore Angers, ce qui lui permit d’élargir sa puissance et son autorité. Après la mort de Hugues l’Abbé, il reçut la fonction d’abbé laïc de Saint-Martin de Tours, fonction dont avait disposé son père. Cette élection porta un coup à la dynastie fondée par Charlemagne car avec l’accession au trône de Eudes, les Robertiens, arrivèrent sur le devant de la scène. 

Le 24 juin 888, Eudes remporta une victoire décisive et éclatante contre les Vikings dans la forêt de Montfaucon d’Argonne puis une seconde en 892 près de Montpensier. Ces victoires n’empêchèrent cependant pas les Normands de piller plusieurs villes comme Meaux, Troyes, Verdun, Évreux ou encore Saint-Lô.

Peu de temps avant de mourir, en 888, l’empereur Charles III le Gros, avait été déchu de sa fonction royale et impériale. Il lui avait été reproché d’avoir manqué de réactivité lors du siège Vikings et surtout de leur avoir proposé de l’argent contre l’arrêt des pillages et des massacres. Les grands du royaume préférèrent Eudes, qui avait montré de la bravoure lors du siège Normand, si bien qu’ils l’élirent roi des francs le 29 février 888 et le sacre eut lieu en l’abbaye Saint-Corneille de Compiègne par Gautier, l’archevêque de Sens. L’héritier légitime, Charles III le Simple, avait été écarté de la fonction en raison de son jeune âge. 

La légitimité de Eudes ne fut pas totale. L’archevêque de Reims, Foulques, et Ramnulf de Poitiers, tuteur du jeune carolingien Charles le Simple, ne figurèrent pas parmi ses plus fervents soutiens.  Le 13 novembre 888, soutenu par le roi de Francie orientale, Eudes fut couronné pour la deuxième fois, et cette fois-ci à Reims avec les attributs du pouvoir : (manteau, sceptre, couronne)

Eudes, tout au long de son règne, chercha à asseoir sa légitimité à une époque où les règnes se font et se défont rapidement. Le 28 janvier 893, Charles III le Simple, ce jeune homme écarté du trône en raison de son jeune âge, fut couronné lui aussi à Reims. S’installa alors une rivalité, utilisée par les grands du royaume, entre les deux têtes couronnées. Juste avant de mourir, Eudes reconnu la légitimité de Charles III le Simple et en fit son successeur naturel au trône de Francie occidentale. 

Eudes mourut en 898 à La Fère et fut inhumé à Saint Denis. Quelques temps plus tard, Hugues Capet, usera de son lien de parenté avec ses ancêtres Robertiens pour se faire élire et fondera la longue dynastie capétienne.  En août 1793, les tombeaux de Eudes et de Hugues Capet furent parmi les premiers profanés sur ordre de la Convention. 

Recevez les missives des éditions catholiques et royales dans vostre boîte aux lettres !